Saison 3 Chapitre 29

CHAPITRE 29

J'ai un gouvernail entre les jambes mais je n'ai pas l'impression qu'il réagisse bien. Le vaisseau doit être en mode automatique. Peut-être me ramène t-il sur la quatrième planète ? En tout cas, c'est un beau spectacle, l'étoile rouge est en fond, à moitié cachée par cette grosse boule bleue qu'on vient à peine de quitter. La lézarde polygonée a disparu de l'écran, j'essaye de la réveiller : « Hé, oh ? Y a quelqu'un ?
- Bienvenue à bord de la navette de secours. Nos équipes vont s'occuper de vous, merci de patienter.
- Ouais tu l'as déjà dit. Où est-ce qu'on va ?
- Procédure de communication enclenchée.
- Hein ?
- Bonjour, vous pouvez m'appeler Lyra. A qui ai-je le plaisir de m'adresser ?, elle devient flippante, ses yeux suivent mes mouvements tels ceux d'un prédateur.
- Sal.
- Bonjour, Sal. Comment puis-je vous aider ?
- Où est-ce qu'on va ?
- Nous avons lancer une procédure classique de secours. Nos équipes vont s'occuper de vous.
- Ouais mais où est-ce qu'on va, bordel ?
- Destination.... Désolés, nous n'avons pas accès à cette information.
- Quoi ?
- Merci de patienter, nos équipes vont s'occuper de vous.
- Lyra, bordel.
- Bonjour, comment puis-je vous aider ?
- T'as de la bouffe, ici ?
- Nous avons des capsules nutritives de secours mais nous ne sommes pas encore autorisés à les distribuer.
- Quand alors ?
- Nous distribuons les capsules nutritives de secours lors de repas fixés.
- Et quand c'est le prochain repas fixé, bordel ? », la tête de Lyra tremble puis une substance noire engloutit son visage. L'ombre s'étale et prend possession de l'écran dans sa totalité. Quand l'anomalie disparaît, le visage de Kaver a remplacé celui de la lézarde polygonée. Ma main tremble à moitié : « Salutation, Sal. Je vois que vous n'avez pas respecté votre parole...
- Tu parles de parole... Tu vas épargner que dalle...
- Oui, c'est vrai que que je n'ai pas été honnête mais... Vous menaciez d'indiquer notre position au gouvernement. Je ne pouvais pas vous laisser tout saboter. Le Vadatorik n'était pas encore prêt à décoller, le gouvernement aurait pu torpiller notre position...
- Pourquoi est-ce que tu n'as pas simplement fait exploser nos crânes, hein ?
- Je vous l'ai déjà dit... Je ne peux pas aller contre certaines règles, c'est...
- Conneries. J'y crois pas.
- Croyez-moi, Sal. De plus, je n'ai aucune envie de vous voir mourir, bien qu'il soit maintenant impossible de faire autrement.
- Ouais, j'vais finir carbonisé comme le reste... La bombe que vous avez laissé sur la quatrième planète n'est pas désactivée, c'est ça, hein ?
- Ça n'a jamais été une bombe, Sal. C'est une sculpture que Khil a fait pendant son temps libre. La bombe doit rentrer en contact avec l'étoile... C'est l'implosion de l'étoile qui va permettre au Vadatorik de plier l'espace et d'entrer en réso...
- Ah. Ouais. Génial.
- Vous n'avez pas l'air de comprendre. Je pensais que vous l'aviez fait exprès, que vous vouliez essayer de désamorcer la bombe – ce qui est d'ailleurs impossible – mais...
- De quoi tu parles ?
- Vous êtes monté à bord de la navette que nous allions propulser vers l'étoile. Cette navette est la bombe. Du moins... Nous avons chargé cette dernière à l'intérieur.
- Je...
- C'est une ancienne navette de secours Valmérienne. Nous l'avons un peu arrangée, elle est complètement invisible aux radars. Et même si, par malheur, elle passait devant les yeux de quelqu'un : qui irait embêter une inoffensive navette en pleine procédure de secours ?, Kaver essaye de ne pas sourire mais son visage est trop crispé pour rester innocent.
- Je vais finir dans l'étoile, alors ?
- Vous serez certainement mort avant mais... Oui, c'est la route que vous prenez.
- Ça va être douloureux ?
- Je le crains, oui...
- Tu ne peux pas me faire exploser la tête avant ?
- Oh... Cher Sal, je suis désolé comme je vous l'ai dit je...
- Ouais, ouais, ça va. Laisse tomber.
- Je ne pourrais pas rester en communication avec vous très longtemps, nous nous éloignons l'un de l'autre à très grande vitesse.
- Ouais.
- J'ai été émerveillé par notre rencontre Sal Mocco. Si votre image avait la possibilité de survivre à l'implosion de l'étoile, croyais bien que je la ferais revenir avec émotion.
- Ouais...
- Malheureusement, elle sera désintégrée. Tout comme vous.
- Mais t'as dit que j'allais mourir avant l'implosion de l'étoile ?
- Oui mais... Je suis désolé, votre image sera encore trop proche de l'étoile lors de...
- Ouais...
- Même si vous disparaissiez maintenant, vous...
- C'est bon, j'ai compris.
- Il me reste à vous dire adieu. Vous aurez toujours une place en moi.
- Vas te faire foutre. Efface moi de ta tronche de légume. Casse-toi.
- Sal.. Je suis... », le visage de Kaver s'évanouit. Lyra revient, toujours aussi polygonée. Je ne sais pas si Kaver a rompu la liaison par choix ou si son rayon mental n'était plus assez fort mais je vois qu'il a quand même eu le temps de téléporter mon flingue laser à mes pieds. Dans tous les cas, je suis bien content de ne plus avoir sa tronche de connard en face de moi. Je me roule un très gros joint et Lyra se met à gueuler : « Sal, il est interdit de faire entrer des corps en combustion au sein de la navette de secours.
- Sois cool, Lyra.
- Arrêtez immédiatement.
- Non.
- Vous êtes en infraction et risquez une amende dès notre arrivée. Mon rapport sera transmis directement après la procédure de secours.
- Très bien. », je fume mon joint tranquillement. En allumant mon troisième pétard, je vois qu'on est en train de dépasser la quatrième planète. Putain, Paco si tu savais où je suis... Il doit déjà avoir prévenu le gouvernement. Je l'imagine mal attendre le message de Kaver ou de Mil l'autorisant à balancer l'info. Il a dû appeler dès le décollage, ce salaud ! Haha. De toutes les manières, Kaver savait que ça ne servirait à rien, son « Vadatorik » de merde doit être indétectable, la seule chance pour le gouvernement aurait été de faire exploser tout ce qui se trouvait aux alentours de la base – les seules coordonnées fixes pouvant leur être fournies. A partir du moment où l'Ordre décollait, le truc était gagné. Que Paco appelle ou pas ne changeait rien à la situation, c'était trop tard. A la limite, si on avait prévenu tout le monde avant d'arriver sur la quatrième planète... Enfin. Je vais pas gâcher mes derniers instants à refaire le truc. J'vais fumer des joints, me marrer avec Lyra et puis... Et puis c'est tout. J'vais crever lentement, comme dans un four. Une mort de merde. Bordel. Ma mort n'aura même pas la dignité d'être unique et dramatique, je vais crever juste avant qu'un système planétaire entier disparaisse. Un bidule de plusieurs milliards d'années qui s'effondre... Qui se rappellera de la mort de la petite poussière, juste avant ? Putain, personne. Personne. Je revois le clavier que j'ai si patiemment accordé entre les mains d'une saloperie de gsène. Réajustant toutes les molettes dans son illogisme confortable. Une bouillie de fréquences immonde remplaçant la cohésion et la beauté du rapport mathématique humain. Si seulement ce gars était en face de moi... Si seulement je pouvais lui faire comprendre à coup de poings dans la gueule. Dans la pièce à côté doit se trouver Mil, une bite noire dans la bouche et un pompage d'anus à distance. Cette petite pute bleue... Je la revois se faire violer par trois lézards : luttait-elle vraiment ? Même si ses pouvoirs de télépathe étaient plutôt faiblards à ce moment-là, faisait-elle vraiment tout pour éviter ça ? Elle m'a demandé son aide, tout en sachant que je ne pouvais strictement rien faire. Elle a pleuré... Ça ne veut rien dire. Je suis certain qu'elle le voulait. C'est elle qui nous a traîné dans ce bar. C'est elle qui a disparu sans rien dire... Puis elle n'en a plus jamais reparlé. Quelle pute. Me laisser comme ça, du sperme séchant sur mon bide. Elle s'est rhabillée, m'a jeté un dernier coup d’œil puis s'est cassée. Si seulement j'avais en mémoire la sensation de ma bite défonçant son cul... Ses pleurs et ses plaintes sonnant comme récompense. Mais non, tout ce qui me reste c'est un rêve visqueux et l'image pathétique de ma bite giclant en solo dans une pièce peut-être déjà vide : « Sale pute ! », Lyra me jette un regard furibond : « Votre dossier s'allonge, Sal. Vous risquez d'avoir des problèmes. Une procédure de secours vous est légitimement allouée mais les lois du système Valmérien s'appliquent partout ! En tant que représentant de...
- Ça va, je t'insultais pas.
- Le système judiciaire est le seul à pouvoir statuer.
- Bon, on s'en fout. Tu sais faire quoi à part m'emmerder ? Tu sais jouer à des jeux ?
- Ma bibliothèque possède de nombreux jeux.
- C'est quoi le plus simple ?
- L'arvichome possède une notice de quinze milles mots.
- C'est la notice la plus courte ?
- Oui, Sal.
- Bordel, laisse tomber... Moi qui croyais que les Valmériens étaient de gros cons, en ce qui concerne les jeux, ils carburent. ». Je laisse Lyra tranquille et sans le sentir venir, je m'endors dans le fauteuil. A mon réveil, j'aperçois au loin sur notre gauche la troisième planète. Bordel, qu'est-ce que c'est long... Attendre la mort est difficile, surtout dans le néant avec pour seule compagnie un robot-flic. Je rallume un joint et observe le soleil rouge. Je vois bien une tâche mais n'arrive pas à trouver l'autre : une des planètes doit être derrière l'étoile. Impossible de dire s'il s'agit de la première ou de la deuxième : « Hé Lyra, elle est où la bombe au binolium ?
- « Bombe au binolium » non-défini.
- Ah ouais... », je sors du fauteuil et commence à farfouiller : « Vous n'avez pas l'autorisation de quitter votre siège. Nos équipes s'occupent de vous. Merci de patienter. », elle continue en boucle et je finis par trouver une petite plaque au sol qu'il est possible de soulever : « Ne touchez pas à la navette de secours ! Il s'agit de la propriété du système Valmérien ! Vous risquez une forte amende. Toute détérioration du matériel est sous la menace de sanctions directes. Attention ! Attention ! », après plusieurs minutes de lutte, je soulève enfin le bidule. J'y découvre un disque poreux blanc. Il n'est pas très épais et lévite à quelques centimètres du fond. C'est ça la bombe ? C'est ridicule ! « Lyra, c'est quoi ce truc ?
- Propriété du système Valmérien ! Attention !
- Dis moi ce que je veux savoir et je referme la trappe.
- Procédure non-conforme.
- Tu veux que je revienne dans mon siège et terminer la procédure de secours convenablement ?
- Oui, Sal.
- Alors dis moi juste ce que j'ai en face des yeux.
- Données, accès autorisé. Il s'agit de la platine d'analyse sensorielle chimique.
- Et ?
- Voulez-vous en savoir plus ?
- Oui...
- Comme sur tout modèle H-5342, les fonctions analyse et traitement psy sont installées. Ainsi, pour le confort de chacun, les modèles H-5342 récupèrent les messages audio, visuels et chimiques des occupants. Les fonctions analyse et traitement psy sont des propriétés du gouvernement Valmérien.
- Chimiques ?
- Pour le confort de chacun, oui, Sal.
- Ça veut dire quoi ?
- Pour le confort de chacun, nous recueillons et croisons toutes les données récoltées selon les fonctions analyse et traitement psy. Les fonctions analyse et traitement psy sont des propriétés du gouvernement Valmérien.
- Si je crache dessus, ça fait quoi ?
- « Cracher » non-défini. », je dépose un petit filet de bave sur le disque blanc : « Alors ?
- Données récoltées.
- Qu'est-ce que tu peux m'en dire ?
- Les fonctions analyse et traitement psy sont des propriétés du gouvernement Valmérien. Accès refusé.
- Vas-y, fais pas chier !
- Retournez à votre place, Sal. Vous l'avez promis. », malgré toute ma bonne volonté, Lyra refuse d'en dire plus. Je laisse la trappe ouverte, lui montrant mon mécontentement, et rejoins mon fauteuil. Je ne vois plus la troisième planète. Je grille un joint, puis un autre. L'aqua dans le vaisseau est phénoménal. Un si petit espace... Putain, ça fait longtemps que j'ai pas été autant défoncé. Quand j'arrive au quatrième de cette série, je crois reconnaître la seconde planète, ce qui veut dire que la première est de l'autre côté de l'étoile et qu'il me reste moins de temps que je ne le pensais. Que faire ? Que faire de mes derniers instants ? Mes os seront bientôt liquides, mon visage glissera doucement et s'écrasera sur le sol brûlant. Et je suis là, en train de fumer des joints... Peut-être que la fumée pourra me tuer avant la chaleur ? Faut s'activer alors. Finir cette weed. J'espère qu'elle aura ma peau, elle le mérite : « Atmosphère impure. Attention !
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Atmosphère impure !
- On a une fuite ?
- Données récoltées. Atmosphère impure, traitement. Inconnu. Non-défini. Traitement. Non-défini. Traitement... Propriétés gouvernement Valmérien... Accès autorisé.
- Quoi ?
- Sal Mocco, Terrien, taille moyenne, peu évolué,... Bonjour. Procédure de secours.
- Tu débloques ou quoi ?
- « Débloques » non-défini.
- Ça va ?
- Bien, Sal, et vous ?
- Tu... Euh... Tu peux m'en dire plus sur les fonctions psy analyse et je-sais-pas-quoi ?
- Les fonctions analyse et traitement psy sont des propriétés du gouvernement Valmérien. Accès autorisé. – la voix de Lyra est remplacée par celle d'un homme – Les fonctions analyse et traitement psy reposent sur seize principes statistiques complexes. Nous allons ici détailler les différents enjeux de ces principes et la délicate interaction qu'il existe...
- Okay, okay ! Tu peux me dire où est-ce qu'on va ?
- Destination. Le soleil rouge, étoile du...
- Oui, oui.
- Ça ne te paraît étrange comme destination pour une procédure de secours ? », Lyra ne répond pas. Je me précipite vers le disque blanc et souffle le plus de fumée possible. Sale robot défoncé, on va voir ce que tu donnes quand on t'insuffle une âme. Je grille le plus vite possible mais l'air commence à être irrespirable. Je ne sais même pas comment je fais pour voir à travers ce brouillard... Je vérifie de temps en temps en gueulant son nom si Lyra est revenue parmi nous mais je n'ai aucune réponse. Je commence à vraiment être trop mort pour comprendre quoi que ce soit. En posant le pétard, je l'entends : « Destination non-conforme avec procédure de secours. ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire